l’effet du pet au bloc

Un pet peut-il contaminer une salle d’opération stérile?

080227-F-5957S-228 | MilitaryHealth via Flickr CC License by

Parfois, internet et la science ont des réponses aux questions que l’on ne s’était jamais vraiment posées auparavant. Par exemple: un pet peut-il contaminer une salle d’opération stérile?

Un peu d’histoire

Quartz raconte que c’est la question qu’une infirmière a posé au docteur Karl Kruszelnicki, il y a seize ans. Elle s’inquiétait alors que le patient présent sur la table d’opération développait une infection à cause de ses gaz.

Une partie de cette histoire est racontée dans le British Medical Journal, datant de 2001, et repéré par Gizmodo. Karl Kruszelnicki raconte avoir contacté Luke Tennent, un microbiologiste vivant à Canberra, en Australie, et avoir conçu l’expérience avec lui.

Expérience

Comme l’explique Quartz : «Kruszelnicki a demandé à un collègue de péter dans une petite boîte de Petri, ces boîtes utilisées pour faire grandir des bactéries. Il lui a demandé de le faire une fois avec son pantalon, et une fois sans son pantalon. Kruszelnicki a ensuite découvert dans la boîte de Petri exposée au pet nu, des colonies et bactéries intestinales et de bactéries de la peau qui avaient commencé à grandir au cours de la nuit.»

À l’inverse, aucune bactérie n’a commencé à germer dans la deuxième boîte de Petri, celle dans lequel le collègue de Karl Kruszelnick avait pété avec son pantalon relevé, «ce qui suggère que les vêtements agissent comme un filtre».

La suite, c’est Karl Kruszelnicki lui-même qui la raconte dans une émission de radio, citée par le British Medical Journal:

«Notre déduction est que la zone entérique dans la deuxième boîte de Petri a été causée par le pet lui-même, et l’éclaboussure autour a été causée par la vitesse pure du pet, qui a envoyé les bactéries de la peau des fesses dans la boîte. Il semble, par conséquent, qu’un pet peut provoquer une infection si l’émetteur est nu, mais pas s’il ou elle est habillé(e). Mais les résultats de l’expérience ne doivent pas être considérés comme alarmants, parce qu’aucun des types de bactérie n’est ici dangereux. En fait, elles sont semblables aux bactéries “amicales” trouvées dans les yaourts.»

Conclusion
Résume Quartz, les patients ne courent pas de risque si leur chirurgien lâche un pet, «ce qui est heureux, parce que dans des opérations de seize heures, ils vont forcément se lâcher à un moment». Mais ils devraient quand même garder leur pantalon.

> lu pour vous http://www.slate.fr/story/140123/scientifiques-pets-science-salle-operations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *